Pourquoi nous n’incluons pas d’activités touristiques qui portent atteinte au bien-être animal ?

As-tu déjà rêvé de nager parmi les dauphins? De te laisser porter par les eaux cristallines des Caraïbes au rythme de l’aileron du requin baleine ? Ou peut-être préfères-tu la tranquillité des tortues marines qui flottent autour de toi dans la mer ?

Si ces espèces font partie de ta liste d’animaux préférés, il y a quelque chose que tu dois savoir : si tu souhaites réellement contribuer à leur conservation et à leur bien-être, nous te recommandons de toujours te renseigner sur l’entreprise qui propose des activités de loisirs centrées sur la faune sauvage en liberté.

Nous allons t’expliquer pourquoi à travers certains exemples concrets :

Nager avec des dauphins en captivité

Les dauphins en captivité restent confinés 24h/24 dans un bassin où ils ne peuvent presque pas bouger et dans lequel, ils nagent en rond alors qu’ils sont habitués à parcourir plus de 40 000 kms par jour et à plonger à plus de 500 mètres de profondeur. À cause de cette restriction, du chlore et des produits chimiques des bassins (qui les rendent aveugles et qui leur transmettent des maladies de peau), de la consommation de corps étrangers ou même de l’asphyxie, les dauphins en captivité ont une espérance de vie de 20 ans au lieu des 50-60 ans qu’ils peuvent atteindre en vivant en toute liberté.

Chez Totonal nous sommes contre la participation aux activités touristiques centrées sur les animaux sauvages en captivité, telles que les séances photos et nage avec les dauphins réalisées en bassin intérieur.

Nager avec des dauphins en liberté

La présence à répétition des bateaux de touristes autour des dauphins, qui nagent en toute liberté dans l’océan, provoque un niveau de stress plus élevé chez l’animal.

Les dauphins sont plus facilement désorientés, jusqu’à provoquer des accidents avec les bateaux. Nous t’invitons à voir la vidéo annexe qui traite de ce genre d’accidents avec des dauphins.

Il ne faut pas oublier que ce sont animaux sauvages dans leur habitat naturel qui ne sont pas habitués au contact avec l’homme et contrairement à ce que promettent les publicités, un touriste n’aura que très peu de chance de nager avec un dauphin en liberté. Il est toujours plus émouvant de les voir jouer et danser à une distance prudente depuis le bateau que de tenter sans cesse de les approcher sans jamais y arriver.   

C’est pourquoi nous te suggérons de prendre part à des activités d’observation des dauphins en haute mer auprès de prestataires responsables, qui tiennent compte du bien-être animal et qui prennent toujours des précautions pour garantir une distance minimum.

Nager avec le requin-baleine

Le Mexique est l’un des rares pays du monde qui autorise la nage avec le requin baleine. On estime à 7% le taux d’accroissement annuel de cette activité, qui attire 14 mille touristes sur nos plages. Cependant, la massification de cette activité peu contrôlée et le manque de connaissance sur les impacts des interactions entre l’homme et cet animal emblématique, provoquent une perte conséquence de la présence du requin-baleine sur les côtes mexicaines. En 2015, par exemple, ils ne furent visibles que tardivement dans la saison.

Face aux impacts directs sur la conservation et le bien-être des requins baleines, si tu décides de participer à ce genre d’activité, nous te suggérons de te renseigner sur les entreprises qui les proposent. Chez Totonal nous n’incluons pas pour le moment ce genre d’activité dans la Riviera Maya, cependant, nous espérons le proposer prochainement auprès de prestataires responsables !

Nager avec les tortues à Akumal

Lors des dernières années, Akumal fut fermé au moins trois fois pour arrêter la nage avec les tortues. Une mesure drastique appliquée pas plus tard que cette année, en février 2017.

En moyenne, on estime jusqu’à 14 000 par mois la réalisation de nages en écosystèmes où habitent les tortues marines, rien que dans la Riviera Maya. Tout comme l’activité antérieure avec le requin-baleine, la nage avec les tortues connaît une massification non contrôlée. Cela n’a pas seulement un impact négatif pour le bien être de l’animal, mais aussi pour son écosystème : les baigneurs produisent des résidus et alternent les récifs coralliens et les herbiers marins.

Pour conclure, la majorité d’entre nous sont très enthousiastes face à l’idée d’interagir avec ces incroyables animaux. Néanmoins si des mesures pour réguler ces activités ne sont pas prises et si celles-ci ne sont pas organiser en toute connaissance de cause, ces magnifiques animaux pourraient s’éloigner de nos côtes pour ne plus y revenir, et surtout, leurs écosystèmes pourraient être endommager permanemment ce qui conduirait à leur nuire directement. En tant que client nous avons le pouvoir d’exiger une responsabilité auprès des prestataires de ces activités, ou simplement en n’y prenant pas part, nous contribuons déjà à la conservation et au bien-être de la faune sauvage.

En tant que client nous avons le pouvoir d’exiger une responsabilité auprès des prestataires de ces activités, c’est pourquoi nous te suggérons de prendre le temps d’en apprendre plus sur les pratiques responsables de ces derniers, et sur leurs actions pour la conservation en milieu naturel.

Un conseil : il est toujours préférable lors de tes vacances de contacter des  entreprises locales pour ce genre d’activités, et si c’est auprès d’une coopérative rurale, encore mieux !

Si tu as trouvé une entreprise qui réalise ce type d’activités de manière responsable et engagée pour la conservation, n’hésite pas à nous partager l’information dans les commentaires pour aider les autres voyageurs à laisser une trace positive lors de leur voyage.

Comments

Laisser un commentaire