Leçons de vie apprises dans la Jungle Lacandona

Regina a vécu, en accord avec les principes établis par ses ancêtres mayas-lancondones dans la jungle Lacandona, aire naturelle protégée appartenant au second poumon de la Terre, La Réserve de la Biosphère de los Montes Azules (Chiapas).

Quand j’ai rencontré Regina, elle venait tout juste d’avoir 20 ans, jeune certes, mais pleine d’inquiétudes et de souvenirs d’une enfance heureuse où le patio de sa maison n’était autre que la jungle qui submergeait la communauté fondée par son grand-père ; « ils racontaient qu’avant ma naissance, la communauté n’avait pas d’électricité (et encore moins d’internet ou de téléphone). Je me souviens de fois où venaient des personnes d’autres pays qui étaient hébergés dans la cabane qu’avait mon grand-père. Les personnes qui nous visitaient, vivaient comme nous, ce qui nous faisait très plaisir. »

Regina à gauche, sa sœur au milieu et moi à droite

« La personne dont je me souviens le plus est mon ami le peintre français » continue Regina. « Lorsqu’il venait, il restait des mois avec nous, il nous enseignait à peindre et apportait des crayons de couleurs pour nous les offrir. Nous en échange, nous lui enseignions comment obtenir les couleurs des plantes et à parler maya. Parfois, il aimait vivre avec la communauté, il enfilait donc la tunique blanche traditionnelle des lacandones (Kaabil) et comme il avait les cheveux longs et noirs, il semblait véritablement être l’un des nôtres. »

Imaginez-vous le large sourire de Regina lorsque son esprit vagabonde à travers ses beaux souvenirs, « je garde encore en mémoire comme si c’était hier, ces quelques années à peindre la jungle avec des crayons de couleurs et cet ami qui nous parlait maya avec un accent français. »

Regina et moi étions très différentes, elle avait grandi au milieu d’une nature très pure où des voyageurs inquiets leur rendaient visite, cherchant à s’immerger dans des expériences anthropologiques plus authentiques. Moi, cependant, j’avais passé mon enfance dans une jungle de béton, où la vie passait beaucoup trop rapidement, où l’enfance s’écoule dans les parcs avec des balançoires en plastique et en métal. Néanmoins, Regina et moi, nous nous sommes vite rendus compte que nous partagions quelque chose de très important : les mêmes valeurs. Le peu de temps que nous avons passé ensemble, lorsqu’elle m’a hébergé dans son campement, fut suffisant pour qu’elle m’enseigne quelque chose qui m’accompagnera tout au long de mon humble existence : « Rappelle-toi Angela que c’est toujours le même soleil qui nous réchauffe tous. »

Regina avait raison, la vie ne se mesure pas au nombre de personnes que l’on connaît, à la somme d’argent que nous possédons à la banque ou aux nombres d’objets matériels que nous avons. La plénitude de la vie se mesure par la signification que nous donnons aussi bien aux personnes qui nous entourent, qu’à l’utilisation que nous faisons du temps que nous avons à notre disposition et à notre connexion intrinsèque et personnelle avec la mère nature et ses petits plaisirs.

#Storytelling de la Jungle Lacandona (Chiapas) avec Regina et sa sœur. Enfoncez-vous dans le Mexique profond avec nos expériences de tourisme communautaire.

Comments

Laisser un commentaire